Bach, le père de la musique.

    Comment entamer ce blog ? Je me suis longtemps posé la question… Puis après quelques jours de réflexion, comme une évidence, un refrain chez les pianistes et plus généralement les musiciens : « Passe ton Bach d’abord» !

    Bach est le père de la musique, le grand Furtwängler disait de lui à la fin de sa vie : « Aujourd’hui comme autrefois, Bach est le saint qui trône, inaccessible, au dessus des nuages. Bach fut le plus grand des musiciens, l’Homère de la musique, dont la lumière resplendit au ciel de l’Europe musicale et, qu’en un sens, nous n’avons toujours pas dépassé ».

    Ce compositeur de génie, c’est une œuvre colossale, peut être n’y a-t-il aucun autre compositeur ayant autant écrit. Beaucoup de musique sacrée, avec environ deux cents cantates, des pièces pour orchestre, violon, violoncelle, clavecin, orgue… Tout ce que son époque pouvait offrir comme opportunité d’écriture y est passé! Sa production musicale regorge de chef d’œuvres dans tous les domaines. Sa maitrise du contrepoint, de la basse continue, du rythme et de la forme musicale font de Bach une référence pour tous les compositeurs. Mozart et Beethoven s’en sont inspirés. Chopin jouait quotidiennement le clavier bien tempéré, véritable pierre angulaire du piano. Liszt a transcrit une quantité importante des œuvres du maitre pour le piano moderne

    Il est d’ailleurs un paradoxe tout à fait surprenant pour nous pianistes, Bach n’a jamais écrit pour le piano. Pour cause, le piano n’existait pas à son époque. Même si à la fin de sa vie il aperçu les premiers piano-fortes de Bartolomeo Cristofori vers 1730, il ne prédit à cet instrument que peu d’avenir…

    Venons en donc au fait pianistique : comment jouer Bach au piano dès lors que son œuvre n’est pas destinée à être jouée sur l’instrument ? Les puristes (les fameux baroqueux qui ne jouent la musique baroque que sur instrument d’époque) disent que la musique de Bach ne se joue simplement pas sur piano. D’autres, plus modérés, se contenteront de vous interdire l’usage de la pédale; à l’inverse certains musiciens vous moderniseront à l’infinie ses œuvres (citons entre autres par exemple l’excellent Jacques Loussier).
Une partition sans indication métronomique, nuances, ou phrasés est forcement sujette à interprétation et controverses. Le grand Glenn Gould qui a quasiment dédié sa vie au maitre reprendra par exemple son enregistrement de jeunesse des variations Goldberg quasiment trente ans plus tard considérant avoir atteint une maturité musicale et devoir rétablir une certaine vérité musicale.

    Sur un plan technique et musical la musique de Bach offre aux pianistes un apport riche à l’infini. Le travail des voix, le touché, la recherche d’une cohérence dans les phrases, les plans sonores, les timbres sont autant de paramètres que les œuvres de Bach permettent de travailler pour le reste du répertoire. Citons en premier lieu le clavier bien tempéré qui devrait constituer pour tout pianiste la base d’une étude musicale. Comme une nourriture de l’esprit et des doigts intarissables qui ne devrait jamais cessé d’être jouée. Le pianiste aura ensuite le loisir de piocher dans ce répertoire si riche : les toccatas, les partitas, les suites, les inventions, les concertos, l’art de la fugue, les variations Goldberg, et même la multitude de transcriptions d’œuvres par Liszt, Brahms, Busoni…

    Certains pianistes buteront sur un aspect pouvant paraitre parfois trop rigoureux et ne comprendront pas immédiatement tout le lyrisme et la modernité de la musique de Bach. Bach est un musicien spirituel, jamais trop intellectuel. Il faut se laisser porter par l’écoute et un trésor viendra se cacher derrière ses notes.

    Je vous laisse avec les fameuses variations Goldberg de Glen Gould qui valent bien mieux que tous les mots !

2 thoughts on “Bach, le père de la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>