Arthur

 

    Né en 1984, Arthur commence le violon à l’âge de quatre ans. Tout petit déjà, la musique prend une place essentielle dans sa vie. Il rencontre Elisabeth Gradinarov qui sera un vrai maitre à penser musical pour lui. A sept ans, il entre en horaires aménagés au CRR de Paris dans la classe de violon de Bertrand Cervera (tout en continuant à travailler avec Elisabeth Gradinarov) ainsi qu’à la maîtrise de Paris de Patrick Marco. Il restera quatre ans durant au CRR où il obtiendra ses diplômes en solfège, harmonie, et histoire de la musique. Pour lui à cette époque, la pleine expression musicale réside dans la composition. Il entre donc rapidement dans la classe de piano de Judy Chin sur recommandation du directeur du conservatoire afin de jouer un instrument polyphonique.
Ses années au conservatoire sont pleines d’enseignements pour le jeune musicien qui donne des dizaines de concerts salle Pleyel, salle Gaveau, à l’UNESCO, en l’église Saint Eustache et saint Roch, à l’auditorium du Louvre, au théâtre du Châtelet, à l’opéra Garnier, à l’opéra Bastille, au Zenith de Paris… Il travaillera avec plusieurs personnalités émérites de la musique comme Carlos Roque Alsina, Jean Guillou, Barbara Hendricks, Denis Dupays, Sir Colin Davis, Pierre Boulez, Jacques Taddei… Il tirera un profit immense de ses expériences ainsi que de l’enseignement de grande qualité du conservatoire.

    Malgré tous ces enseignements, Arthur a parfois le sentiment de pratiquer la musique pour passer des concours et quitte finalement le CRR de Paris. Le conservatoire à l’adolescence ne lui correspond plus. Trop de rigidité, pas assez d’encadrement humain. Il fait la connaissance de Svetlozar Moukhovsky qui apportera au musicien les valeurs musicales dont il a besoin. Il obtient en 2003 un baccalauréat ES puis la musique le rattrape d’abord de façon détournée…

    Il entre à l’institut supérieur des techniques sonores où il apprendra le métier d’ingénieur du son auprès de professionnels comme Lionel Haidant, Hervé Baudier ou Christian Lotito qui lui ouvriront l’esprit sur tous les genres de musique allant du Jazz à l’électro en passant par le rock, le rap, le reggae et les musiques étrangères. Il aborde là bas le son d’un point de vue scientifique, et apprécie l’univers des studios d’enregistrements en fréquentant des musiciens de tous horizons. Cette époque de sa vie est une nouvelle dynamique pour lui.

    Mais voilà, sa propre expression musicale lui manque et Arthur a besoin de se sentir exister en tant que musicien. Il entre à l’école normale de musique de Paris et fera là-bas l’apprentissage de son métier de pianiste durant cinq années. Il travaillera dans ces murs avec Patricia Thomas, Marc André, Eric Vidonne, Ludmilla Berlinskaia, Sergei Markarov, Catherine Maffei, Valérie Stephan, et recevra les précieux conseils durant les masters class de maitres tels que Jean-Marc Luisada, Anne Queffélec, Bruno Rigutto, France Clidat, François-René Duchable, Abdel Rahman el Bacha, Christian Ivaldi, Alexandre Tharaud…

    Ces années passées dans les murs d’Alfred Cortot ont fait d’Arthur un musicien complet. Il y apprendra la rigueur, la générosité, ainsi que l’engagement dans les œuvres qu’il interprète. Il développe son écoute, le sens primordial de l’équilibre sonore et du phrasé au-delà de l’aspect technique du piano. Son répertoire pianistique va de Bach à Messiaen en passant par Mozart, Beethoven, Chopin, Liszt, Schumann, Schubert, Ravel ou Rachmaninov.

    Aujourd’hui, Arthur ne peut se résigner à la solitude du pianiste. Il aime particulièrement partager son expérience musicale car passer tant d’années à apprendre sans donner en retour serait une aberration. La pédagogie est pour lui un moteur essentiel de sa vie car c’est dans le partage de la musique que la musique prend réellement tout son sens.